Marcus Mc Allister

Gift of wholeness

 

Rêve de sens

La perception est singulière. A partir d’une infinité de détails disponibles, chaque personne bricole sa vision au moyen de ses propres filtres.

Artiste américain installé à Paris depuis seize ans, Marcus McALLISTER traque sa perception à travers une pratique rigoureuse du carnet comme « estomac onirique ». Un exercice de volonté sur le hasard, le carnet organise des informations aléatoires, tisse les premiers liens. Le carnet fait sens.

Mais ce rêve de sens se dissimule dans une imbrication de texte et de dessin, de figuration et d’abstraction. Le carnet, premier niveau de compréhension, conduit donc à une élaboration approfondie dans la peinture.

Un tableau est une prise de recul, permettant une libre rêverie. Une page de carnet en devient la carte, et l’exploration y dévoile d’autres possibilités. Le sens restant sujet à une multitude de grilles de lecture, les pistes sont ouvertes.

Chaque oeuvre, qu’elle soit dessin, peinture ou page de carnet, est un rebondissement vers une autre, l’étude de la suivante.

Les carnets

Ni carnet de voyage, ni journal intime, ni feuilleton : le carnet de l’artiste est un entrelacs de dessins et de textes au gré de son imaginaire et de ses lectures où chaque page est une entité en soi.

Deux règles strictes élaborent une série ordonnée de carnets :

1) toujours garder avec soi le carnet en cours (actuellement le 80e)

2) ne jamais retoucher une page tournée, mais ré-explorer les difficultés au sein d’une nouvelle page, parfois plusieurs.

Le carnet exige d’en garder une trace. La page est soigneusement référencée – n°de carnet, n° de page – photocopiée puis réinsérée.

 

Wind and water

A dream of meaning

Perception is singular. From an infinity of available details, each person creates an individual vision by means of personal filters.
An American artist living in Paris, I track my perception through a rigorous Sketchbook practice, using the Sketchbook as a tool for pulling order from chaos. The Sketchbook organizes random information, digests experiences and memories, ideas and imaginings. The process secretes meaning.
Two strict rules determine an organized series of Sketchbooks, or rather organizes them in one multi-volume « dreambelly »:
Physical Presence. The Sketchbook volume in progress (at present number 64) remains with me in permanence. At any moment, it is within reach for sketching or writing, even for jotting down grocery lists and phone numbers. This permanence also provides a constant reminder to keep my antennae deployed, even when the dispersion of daily life prevents me from working.
Temporal consistence. A page turned is a page finished; I refuse to rework pages at a later date. This rule gives me the freedom to bring disparate elements into contact (as I can’t go back, everything must happen on the current page). The moment of transcription provides the link among the elements, which may or may not bring deeper meanings, to be explored in later pages or paintings.

 

 

Adresse : 152 rue Saint-Maur 75011 Paris

Tél. : 06 82 48 55 95

Mail : atelier@marcusmcallister.com

Website : www.marcusmcallister.com

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *