Hanneke Eijlders

Triptyque Primakoff

 

Des portraits, des paysages et des scènes que j’aperçois dans la vie de tous les jours sont les sujets de mes peintures. Je veux  peindre librement dans les frontières naturelles que m’imposent les dimensions de la toile. Souvent des fenêtres ? (« Mariana » et le triptyque « Primakoff ») Frontières dans des frontières me diriez-vous, mais c’est une manière de voir, les fenêtres n’ont-elles pas en elles mêmes l’espérance de liberté et la solution.

Ce qui m’intrigue aussi est ce que l’on ne peut voir, ce que l’on semble apercevoir -« Koe » – ou la suggestion de ce qui est là, comme les yeux dans le tableau « Man met roze hoed » qui vous donne l’envie de faire l’effort d’attraper ce regard dissimulé. Parfois j’aime la représentation simple et sans artifice comme dans « Bloedraad et werkplaats op KNSM ».

 

Mariana

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *